COMMUNAUTE Zapotèque- Isthme de Tehuantepec

filiberto-santillan-u-Vxh9NDEBc-unsplash

Les Zapotèques se nomment à eux-mêmes : Binnizá (binni, gens; zá, nuage: « Des gens qui viennent des nuages » Pour les mexicas, les zapotèques ètaient des « zapotecatl », « des gens qui viennent de la région de Teozapotlan « endroit où habitent les dieux ». C’est les espagnols qui les ont nommé « zapotèques » comme on les connait aujourd’hui.

-EMPLACEMENT

L’isthme de Tehuantepec est la partie la plus étroite de la République mexicaine; Il est situé au sud-est, dans l’état d’Oaxaca. Il est composé des districts de Juchitán et Tehuantepec et jouxte, au nord, l’isthme de Veracruz; au sud avec l’océan Pacifique; à l’ouest avec la Sierra Juárez et la Sierra Madre del Sur, et à l’est avec l’État du Chiapas. La population zapotèque est concentrée dans ces deux zones.

-CARACTERISTIQUES

La base de l’organisation chez les Zapotèques est la famille. Au travail, il y a une division familiale qui est marquée par l’âge et le sexe, de manière traditionnelle. Généralement, l’homme n’apporte pas d’argent chez lui, sauf s’il est salarié, ou s’il vend ses bœufs ou un cheval. S’il est chasseur ou pêcheur, il ne prend que le produit de son travail et la femme est chargée de le vendre ou de le fabriquer, et de cette façon elle est chargée de prélever l’argent des ventes. La femme est celle qui vend les produits de maison en maison, sur le marché ou en voyage à l’étranger. La femme zapotèque jouit de son indépendance dans la société; en plus d’être un important transmetteur de sa culture. La solidarité est un élément important de la société zapotèque.

-COÛTUMES

Le vêtement traditionnel d’une femme zapotèque est  le hupil. Le huipil est le vêtement le plus traditionnel pour les femmes zapotèques, il est normalement en velours et en coton, et est presque toujours décoré d’images de fleurs de différentes couleurs.

-TRADITIONS

Les principales célébrations de la communauté Zapotèque sont;

Jour des morts

 Dans chaque région du Mexique, les communautés célèbrent cette journée, très importante pour le pays, avec différents rituels préhispaniques et spécifiques à chaque communauté.

Dans la communauté zapotèque, cette journée est un mélange entre héritage préhispanique et espagnol.

-La Guelaguetza

Guelaguetza est un mot zapotèque qui signifie offrir ou présenter. Au sens large, c’est un acte généreux de donner, quand l’occasion se présente, et qui sera toujours réciproque par celui qui a reçu. Les hommes et les femmes des huit régions de l’État font de cette offrande une offrande aux habitants de la ville d’Oaxaca qui les reçoivent avec plaisir. Des Vallées centrales, de La Cañada, de Papaloapan, de La Mixteca, de La Costa, de l’isthme de Tehuantepec, des Sierras Norte et de la Sierra Sur, ils viennent offrir les produits de la Terre à leurs hôtes.

Apparemment, ces festivités ont leur origine dans l’ère coloniale et sont liées au soi-disant «Festival Corpus Christi» du temple Carmen Alto, que les Carmélites ont construit sur les pentes d’une colline que les Zapotèques avaient appelée Bella Vista , et a été célébrée le lundi suivant le 16 juillet.

– Nuit des bougies

Il s’agit d’une activité nocturne qui se déroule chaque année avec un objectif religieux, où les zapotèques vénèrent divers saints patrons des quartiers, villes et cités de la région.

Il est important de préciser que dans ce type de fête, les vêtements sont la chose la plus importante et ne doivent pas être considérés comme quelque chose de trivial, car ils vont au-delà du respect des saints zapotèques.