Novembre 2019

Un dia de muertos à Paris 1 & 2 nOVEMBRE

La festivité la plus colorée et culturelle du Mexique arrive à grand pas, bien sûr je vous parle de El dia de Muertos, le Jour des Morts. Une célébration qui a été déclarée en  2008, patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco, une fête très importante pour les mexicains, pas seulement pour les maquillages et les habits de « Catrinas » mais aussi, parce que c’est une célébration chargée de tradition et surtout de foi de recevoir nos plus chers qui ne sont plus de ce monde physique.

Cette festivité nous vient tout droit des civilisations anciennes, elles ont toujours vue la mort comme un simple  passage où la vie ne s’arrête pas, elle continue. Toujours avec des couleurs et de la musique, chaque ville et région du Mexique à sa manière de célébrer les morts.

Par exemple, dans la ville de Janitzio, dans l’état de Michoacan: Selon ses habitants, dans la nuit du 1er novembre à Pátzcuaro, les ombres de Mintzita, fille du roi Tizintzicha, Itzihuapa, fils de Taré et prince héritier de Janitzio, ainsi que les gardiens du trésor caché sous les eaux situées entre les îles de Janitzio émergent et La Pacanda; traversent le panthéon pour recevoir les offrandes des vivants. Femmes et enfants se rendent tranquillement au cimetière pour déposer des offrandes sur les tombes et allumer des bougies qui illumineront le panthéon pendant la veillée, pendant que des chansons de Purépecha seront entendues. Le 1 er novembre, les enfants décédés sont vénérés et le 2, les adultes.

C’est à cette occasion que l’association México à Paris a organisé le weekend du 2 & 3 novembre, « Un dia de muertos à Paris » pour que vous découvriez cette fête chargée de tradition et couleurs très importante pour les Mexicains.

De la gastronomie traditionnelle mexicaine, de la musique, des défilés de Catrinas, du pain de morts (Si vous ne connaissez pas cette brioche à la fleur d’oranger élaborée à cette époque, c’est une bonne opportunité pour la découvrir et vous allez adorer! Croyez-moi, je sais de quoi j’en parle

%s